A+ | A-
Poitiers, Limoges, Périgueux, Cahors, Tulle, Brive-la-Gaillarde, Aurillac, Rodez... Une ligne nouvelle de 115Km. Vitesse commerciale de 320Km/h entre Poitier et Limoges. Modernisation du réseau ferrovière existant. Poitier-Limoges : 35 minutes, Paris-Limoges : 2 heures, Paris - Brive-la-Gaillarde : 3 heures. LGV Poitiers Limoges, un levier économique et touristique pour le Limousin, le Poitou-Charentes, et les départements limitrophes.

Les publics impliqués

La concertation est conduite avec les élus, l’ensemble des acteurs et organismes concernés, ainsi que le public.

Les élus :
Ce sont les élus des collectivités partenaires (Régions Limousin et Poitou-Charentes, Départements…) ainsi que l’ensemble des élus locaux de l’aire d’étude (95 communes concernées entre Poitiers et Limoges, auxquelles s’ajoutent les structures intercommunales).

Les membres des ateliers thématiques :
107 organismes participent aux ateliers, parmi lesquels :

  • les services de l’Etat,
  • les établissements publics concernés,
  • les Collectivités territoriales,
  • la SNCF,
  • les acteurs socio-économiques,
  • les représentants d’associations,

Les riverains :
Une équipe de 4 personnes s'est organisée afin de conduire une concertation de proximité avec les riverains directement concernés par les hypothèses de tracés. Les rencontres et réunions sont organisées sur la base des cartes du projet au 1/25 000ème, puis au 1/5 000ème. Les échanges permettent de faire émerger progressivement de nouvelles solutions (70 % du tracé a fait l’objet de variantes) et d’identifier les besoins en matière de mesures d’accompagnement et d’insertion : rétablissements des infrastructures de communications franchies par le projet, protection contre le bruit, protection de la ressource en eau (cours d'eau, puits privés, etc.), etc.

Le public :

L’ensemble de la population a accès aux documents d’informations du projet et peut s’exprimer via le site internet. Plus spécifiquement, l'ensemble des ménages de l’aire d’étude sont impliqués à travers les réunions publiques, le Courrier de la LGV distribué dans les boîtes aux lettres des communes concernées, et les questionnaires sur le projet qui leurs sont adressés.